Nos tutelles

CNRS Université de Bordeaux Solvay

Rechercher




Accueil > Séminaires > Archives > Archives 2012

Interaction écoulement-mouillage : application au procédé Float de mise en forme du verre

Julien Sebilleau, IMFT

par Salmon Jean-Baptiste - publié le , mis à jour le

Le travail présenté concerne deux situations où une ligne de contact est en interaction avec un
écoulement. Ces situations ont été étudiées en vue de possibles améliorations du procédé flot de
mise en forme du verre.

La première situation considérée concerne l ??étalement d ??un liquide visqueux injecté sur un
bain en mouvement en situation de mouillage partiel. Ce phénomène a été étudié de manière
expérimental en utilisant une huile silicone perfluorée pour le bain et du glycérol puis du miel
comme liquide visqueux. Dans le cas d ??un bain au repos, l ??étalement se fait radialement et à
épaisseur uniforme dont la valeur est fixée au bord de la flaque. Dans notre cas on observe une
épaisseur supérieure à la valeur d ??équilibre statique prédite par Langmuir. Cette  ??surépaisseur ?
est liée à une propriété spécifique de mouillage de l ??huile perfluorée qui remonte sur la flaque en
étalement modifiant ainsi le bilan en bord de flaque. Dans le cas d ??un bain en mouvement, on
observe plusieurs régimes d ??étalement successifs qui conduisent à une forme en ruban dont les
caractéristiques géométriques sont très bien prédite par un modèle d ??advection de la nappe par
le bain. Cette étude sur les fluides visqueux nous a aussi permis d ??observer les différents régimes
de flambage d ??un jet visqueux injecté sur un bain en mouvement. Nous nous sommes alors ef-
forcés de bâtir des diagrammes de phases de ces différents régimes en fonction des différents
paramètres expérimentaux (hauteur de chute, débit d ??injection et vitesse du bain).

La seconde situation considérée est l ??écoulement d ??un fluide sur un plan incliné en conditions de
mouillage partiel. A faible débit, des zones sèches peuvent exister au sein de l ??écoulement et, au
dessus d ??un débit critique, elles deviennent instables et laisse une plaque uniformément recou-
verte. Nous avons étudié expérimentalement cette situation pour des liquides de moins en moins
visqueux et nous sommes attaché à bâtir une modèle permettant de prédire le débit critique de
recouvrementau delà duquel les zones sèches deviennent instables.