Partenaires

CNRS Université Bordeaux 1 Universités de Bordeaux Solvay


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Seminars > Archives > Archives 2009 > L’effet Ouzo : un outil simple pour émulsifier et/ou encapsuler des polymères, huiles, molécules cristallines...

L’effet Ouzo : un outil simple pour émulsifier et/ou encapsuler des polymères, huiles, molécules cristallines...

F. Ganachaud, Institut Charles Gerhardt, Montpellier

19 November 2009

La technique de basculement de solvant consiste à mélanger rapidement une phase aqueuse, contenant éventuellement un tensioactif, et une phase organique, composée d’un solvant parfaitement miscible à l’eau et du principe actif à disperser. Ce procédé d’émulsification est vieux comme le monde, du fait de sa simplicité et de sa robustesse (qui a déjà loupé un pastis ?!??). Il ne requiert en effet pas de forte agitation, puisqu’un simple basculement rapide permet d’obtenir une émulsion homogène sur tout le volume, même en absence de tensioactifs. La seule (mais importante) limitation de la technique est la nécessité de travailler en milieu assez (voire très) dilué en principe actif. Depuis la découverte de l’équipe de J. Katz [1] en 2003 sur la possibilité de tracer un diagramme de phase précis quel que soit le principe actif (une huile) et le solvant choisi (THF, éthanol et autres), d’autres auteurs [2] ont essayé de comprendre les phénomènes physico-chimiques sous tendant l’émulsification d’anéthole lors de la conception d’un « petit jaune ». D’où il appert que lors du mélange, l’huile sursature pour former des nucléi (gouttelettes de quelques nanomètres) qui s’agrègent rapidement pour former des gouttes de tailles croissantes jusqu’à ce qu’une certaine quantité de tensioactif (ou d’ions OH-) atteignent la surface pour « l’empoisonner » et stopper leur croissance (autour du micromètre). Je présenterai lors de ce séminaire nos derniers développements autour de ce phénomène, sur la base d’une revue récente [3] et d’études de nanoprécipitation de PMMA menées au laboratoire, un modèle de l’effet Ouzo puisque les objets formés sont durs et n’évoluent pas par mûrissement d’Ostwald ou coalescence. Je montrerai ensuite quelques applications de ce procédé avec d’autres principes actifs, tel qu’un parfum, des molécules cristallines modèles ou des nanotubes de carbone...

[1] Liquid Droplet Dispersions Formed by Homogeneous Liquid-Liquid Nucleation: "The Ouzo Effect", Vitale, S. A.; Katz, J. L., Langmuir, 2003; 19(10); 4105-4110.

[2A] Spontaneously Formed trans-Anethol/Water/Alcohol Emulsions: Mechanism of Formation and Stability, Sitnikova, N. L.; Sprik, R.; Wegdam, G.; Eiser, E. Langmuir; 2005; 21(16); 7083-7089;

[2B] Probing the Initial Events in the Spontaneous Emulsification of trans- Anethole Using Dynamic NMR Spectroscopy, Carteau, D.; Pianet, I.; Brunerie, P.; Guillemat, B.; Bassani, D. M. Langmuir, 2007; 23(7); 3561-3565.

[2C] The Life of an Anise-Flavored Alcoholic Beverage: Does Its Stability Cloud or Confirm Theory? Scholten, E.; van der Linden, E.; This, H. Langmuir, 2008; 24(5); 1701-1706.

[3] Nanoparticles and Nanocapsules Created Using the Ouzo Effect: Spontaneous Emulsification as an Alternative to Ultrasonic and High-Shear Devices, Ganachaud F., Katz J. L., ChemPhysChem, 6, 2005, 209-216

INGENIERIE ET ARCHITECTURES MACROMOLECULAIRES

E-mail: ganachau@enscm.fr

site web :www.lcm.enscm.fr